Comment créer un plan de sécurité?

Pour votre sécurité, pensez à supprimer l’historique du navigateur après avoir lu cet article ou après avoir suivi un ou plusieurs des conseils ci-dessous.

 

La pandémie de la COVID-19 force de nombreuses personnes à rester chez elles, ce qui veut aussi dire que des victimes de la traite des personnes pourraient passer plus de temps avec leurs trafiquants, alors que leur accès aux systèmes d’appui est limité et qu’il y a un risque plus élevé de violence.

Si vous êtes dans ce type de situation, la quitter n’est pas facile et peut même sembler impossible en ce moment. Cependant, des aides sont disponibles afin de vous aider à rester en sécurité jusqu’à ce que vous soyez capable de quitter votre situation. Par exemple, la création d’un « plan de sécurité », fondé sur votre propre expérience, peut vous aider à vous protéger de violences émotionnelles et physiques. Ce plan vous sera utile si vous vivez toujours avec votre agresseur et/ou une fois que vous serez prêt(e) à partir.

 

Qu’est-ce qu’un plan de sécurité ?

Un plan de sécurité est un ensemble de lignes directrices personnalisées et pratiques, qui peuvent vous aider à réduire le risque d’être blessé(e) si vous vous trouvez dans une situation violente, si vous planifiez votre départ, ou après avoir quitté une situation violente. Ces lignes directrices devraient toujours se baser sur :

    • votre situation,
    • les actions avec lesquelles vous vous sentez à l’aise et,
    • les actions que vous avez identifiées comme étant réalisables.

Vu que la situation de chacun est différente, il n’y a pas de bon ou mauvais plan de sécurité. Nous recommandons plutôt de le voir comme une liste de suggestions que vous pouvez garder à l’esprit. N’oubliez pas que vous connaissez votre situation mieux que personne; faites confiance à votre instinct et considérez vos options avant de prendre toute décision.

 

Comment puis-je construire un plan de sécurité?

 Afin de vous aider à construire votre plan de sécurité, vous pouvez consulter cette page internet, dédiée à la planification de la sécurité, sur le site de la Ligne d’urgence canadienne contre la traite des personnes.

 Même si certaines des choses que vous mentionnerez dans votre plan de sécurité semblent évidentes, n’oubliez pas qu’il est souvent difficile de penser clairement ou de prendre les meilleures décisions pour sa sécurité en temps de crise. Être prêt(e) à l’aide d’un plan de sécurité peut donc vous aider à avoir le contrôle de votre situation et à prendre les meilleures décisions pour vous-même dans ces moments stressants.

 

Comment puis-je assurer ma sécurité maintenant?  

Alors que chaque situation est unique et que ce qui est le plus sûr ou pratique varie pour chaque personne, les conseils de planification de la sécurité et les recommandations suivantes ont été pensés pour vous aider à réfléchir à des façons potentielles de réduire le risque de préjudice. Nous espérons que vous trouverez ces suggestions utiles, mais cependant, en aucun cas, nous attendons de vous ou nous vous encourageons à essayer et à faire toutes ces choses tout de suite. Plutôt, nous vous conseillons d’y aller étape par étape et de commencer avec les idées qui vous semblent les plus faciles à faire. Ces plans et ces actions ne devraient pas augmenter le risque d’être blessé, et vous savez mieux que personne quelles sont les actions faisables dans votre cas.

 

1. Conseils généraux:

  • Si votre partenaire amoureux vous demande de faire des choses que vous n’aimez pas, qui vous inquiètent ou qui vous rendent mal à l’aise (par exemple, photographier ou filmer une activité sexuelle ou la nudité, faire des actes sexuels de force, vous engager dans des activités de commerce sexuel avec ses amis ou des étrangers, faire des abus de drogue ou d’alcool, etc.) essayez de dire à cette personne que vous n’aimez pas cela et que vous ne voulez pas faire ces choses-là. De plus, pensez à parler de vos inquiétudes à une personne de confiance au cas où les choses empireraient.
  • Rester en contact avec une personne de confiance et le/la tenir au courant de votre situation et de vos inquiétudes est toujours bénéfique.
  • S’assurer de connaître les parties de la maison les plus sûres, comme, par exemple, les pièces où il n’y a pas d’armes (y compris les couteaux de cuisine) et les pièces d’où il est possible de s’échapper (fenêtres, portes), peut-être utile en cas de violence.
  • Si la violence est inévitable, essayez de vous protéger au mieux que possible :
    • Repliez-vous en boule et protégez votre visage en plaçant vos bras autour de chaque partie de votre tête tout en les bloquant en entrelaçant les doigts.
  • S’il y a des enfants dans la maison, la meilleure chose à faire est d’éviter de se réfugier à l’endroit où ils se trouvent, afin de réduire la possibilité qu’ils soient la cible de violence pendant une dispute.
  • Si possible, gardez tous vos documents importants sur vous, ainsi qu’un accès à votre argent et des façons de communiquer. Vous pourriez, par exemple, faire des photocopies de vos documents importants ou les numériser et les conserver dans un endroit sûr, comme un courriel secret. Si vous vous sentez à l’aise de le faire, vous pourriez aussi confier ces copies à votre personne de confiance. Lors de voyages, il est recommandé de garder ces documents avec vous, ainsi que le numéro de téléphone de l’ambassade de votre pays d’origine.
  • Essayez de faire attention lorsque vous utilisez des appareils comme les téléphones intelligents et les ordinateurs :
    • Si vous le pouvez, désactivez et/ou supprimez les  fonctions d’ordinateur ou de téléphone intelligent qui peuvent être utilisées pour surveiller vos activités et connaître votre emplacement, comme le GPS, l’historique du navigateur, l’historique du moteur de recherche, les journaux de clavardage et les historiques de médias sociaux.
  •  S’assurer que votre voiture a toujours assez d’essence et qu’elle est garée dans le sens du départ pourrait vous aider à partir plus rapidement.

 

2. Si vous êtes prêt à quitter votre situation, les conseils suivants pourraient vous aider:

  • Essayez de déterminer votre emplacement si vous ne le connaissez pas :
    • Ceci est important au cas où vous devriez appeler pour obtenir de l’aide et vous avez besoin de vous éloigner de l’endroit où vous vous trouvez.
    • Si vous pouvez sortir sans danger, demandez où vous êtes à quelqu’un dans la rue ou dans un commerce.
    • Voici quelques indices qui pourraient vous aider à vous localiser :
      • les noms des rues,
      • les adresses sur les enveloppes postales,
      • les adresses des édifices, et
      • les affiches dans l’entrée d’édifices.
    • Si vous avez accès à un téléphone portable, il est possible de déterminer votre emplacement en utilisant le GPS du téléphone et les services de localisation. Si vous avez un accès internet, vous pouvez déterminer votre emplacement sur ce site. Veuillez noter que si vous suspectez votre abuseur d’avoir accès à l’emplacement de votre téléphone, assurez-vous de désactiver cette option une fois que vous avez déterminé l’endroit où vous vous trouvez.
  • S’il est possible de la faire sans danger, préparer un sac à l’avance et le cacher de manière à ce qu’il soit prêt quand vous êtes capable de partir pourrait rendre votre départ plus facile.
    • Si vous pouvez, essayez d’assembler une petite quantité d’articles importants comme :
      • des vêtements de rechange,
      • des médicaments,
      • une carte d’appels prépayée,
      • des numéros de téléphone importants,
      • un chargeur de téléphone,
      • de l’argent comptant ou une carte de crédit prépayée non-traçable,
      • etc.
      • Si vous pensez partir avec des enfants, ces articles devraient également être assemblés pour eux.
  • Si vous le pouvez, essayez d’être conscient(e) des moments où vous êtes seul(e) afin de pouvoir quitter votre situation sans danger.
  • Planifier une route d’évasion et répéter de quelle manière faire le chemin pourrait vous faire gagner du temps quand vous quittez votre situation. Si possible, essayez de pratiquer ceci avec vos enfants. Essayez également de :
    • déterminer si un taxi ou les transports en commun sont une option sécuritaire et tentez de déterminer à quel endroit vous pouvez être ramassé(e) sans vous mettre en danger.
    • trouver et essayez de vous souvenir des endroits potentiels où vous pourriez demander de l’aide :
      • pharmacies,
      • hôpitaux,
      • bureaux de médecin,
      • commerces,
      • restaurants,
      • banques,
      • refuges communautaires,
      • services d’urgence (par exemple les services d’application de la loi, les casernes de pompiers)
      • etc…
  • Les organismes responsables peuvent toujours être contactés si vous voulez recevoir toute assistance ou des informations.
    • Appelez le 911 Si vous êtes en situation de danger immédiat.
    • Accédez au Répertoire National des références de la Ligne d’urgence canadienne contre la traite des personnes afin d’être mis en relation directe avec des services sociaux et d’aide (comme les refuges, l’aide médicale, les conseils juridiques, etc.).
    • Les Services aux victimes peut aussi être joint en appelant le 211. Veuillez noter que certains services peuvent seulement répondre avec une implication et/ou un accompagnement de la police.

 

Ressources additionnelles

Pour trouver les services locaux disponibles dans votre communauté, veuillez consulter le Répertoire national des références de la Ligne d’urgence canadienne contre la traite des personnes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *